Les Tocards du jour blog entièrement gratuit qui a pour but de rechercher des chevaux qui ne sont pas des favoris de la presse hippique et qui sont susceptible de créer la surprise a grosse cote dans le Tiercé Quarté Quinté
Accueil Chevaux du Jour Partants Quinté Logic-prono softcoteur
Tarif jeux PMU Livre d'or Contact

Patrice des Moutis << Monsieur x >>

Le 22 janvier 1954 dans le Prix Uranie se dispute à Enghien
le premier tiercé de l'histoire.

Affiche-Premier -tiercé
Info sur l'image
Patrice des Moutis, né en 1919 et  mort en 1975, longtemps connu simplement sous le nom
de « Monsieur X », était un parieur français qui eut des démêlés avec la justice dans les années 1960 et qui a fait temblé le PMU.


MONSIEUR-X-Patrice des Moutis
Patrice des Moutis << Monsieur x >>
Le 12 novembre 1958, il se trouve avoir gagné le tiercé 35 fois dans l'ordre et 35 fois dans le désordre, raflant 5 millions de francs (anciens) pour une mise de 294 000 F, soit environ 20 fois la mise. Le PMU décide de s'intéresser à lui de très près. Il continue à jouer en augmentant les sommes pariées, et gagne notamment le tiercé 500 fois dans l'ordre et 2500 fois dans le désordre le 14 juillet 1961.

Les règles de pari sont alors modifiées par décret ministériel, empêchant un ticket de comporter plus de 25 fois la même combinaison de 3 chevaux. Des Moutis réalise alors qu'il suffit d'acheter plus de tickets, et fait part de cette faille à André Carrus, inventeur du tiercé ; il s'en sert notamment pour gagner en novembre plus de 5 millions de francs grâce à une mise de 8400 francs.

Le décret est alors modifié pour empêcher un même PMU de valider ces tickets. Le 1er janvier 1962, pour le tiercé de Vincennes, Des Moutis valide alors plusieurs tickets dans 92 PMU différents, pour un total de 55 millions de francs de mise. Il remporte plus de 492 millions de francs, qu'il fait remettre sous forme d'un chèque au porteur par Carrus en personne.


Le 16 mai 1962, un décret paraît changeant les règles du tiercé, stipulant qu'un parieur ne peut parier plus de 60 nouveaux francs au total. Le 9 décembre 1962, pour le Grand Prix de Bordeaux, 83 parieurs répartis (dont 45 repris de justice) sur toute la France parient sur la même combinaison et gagnent au total plus de 4 millions de francs. La justice ordonne alors la saisie du gain et une plainte contre X est déposée. 

Des Moutis devient conseiller de journaux turfistes (comme "Le Meilleur", journal d'Alain Ayache) sous le nom de « Monsieur X. », qui était le nom sous lequel le PMU l'avait longtemps désigné. Il fut banni de courses en France, en Grande-Bretagne et en Irlande, mais continue à parier, notamment entre 1967 et 1969 avec sa famille.

le -journal-le Meilleur-
"Le Meilleur", journal d'Alain Ayache

En 1973, il est lié à une affaire de paris truqués au prix Bride Abattue, où sont également impliquées certaines figures du milieu comme Jacky Imbert ; certains jockeys sont accusés d'avoir volontairement perdu la course, au profit de certains parieurs dont Des Moutis. Il est écroué à la prison de Fresnes le 21 février 1975 en détention préventive pour 142 jours. Il fut visiblement affecté par son séjour en prison, et certains spéculèrent après sa mort sur des liens avec le milieu contractés à cette occasion. Quelques temps après sa sortie de prison, le 17 octobre 1975 au matin, il est retrouvé mort à son domicile à Saint-Cloud, sans que les circonstances de sa mort ne soient clairement élucidées. Des Moutis devait comparaître le 24 octobre 1975 devant le Tribunal de grande instance de Marseille, au sujet du prix d'Entressem, où certaines connaissances avaient gagné gros.

Quelque temps plus tard, son fils qui contestait publiquement les circonstances du décès de son père est également retrouvé mort et la police conclut également au suicide....


Sortez les mouchoirs, c'est la séquence nostalgie  ! Ce sujet fera remonter pas mal de souvenirs pour certains d'entre vous. Avez-vous connu la poinçonneuse ?

plaque-publicitaire_plastique-perrier-tierce-arrivée-résultat-course-hippique-sport-vintage-ancien-bar-pmu-1970-

Les bordereaux ou carnets de tiercé et la célèbre pince à pinçonner
les tickets de  PMU

On pouvait jouer au tirecé des bureaux de vente dans les cafés et, en 1965, le tiercé représentait ainsi 66% des paris aux courses. On y jouait au départ le dimanche, puis ce furent les samedis et les jours fériés.Il fallais poinçonner les tickets en face des chevaux sélectionnés sans se tromper!

bar-tabac-pmu

Quelle boulot..C'etait le tiercé dominical au départ =3 Francs en jeu simple Puis est venu le temps ou l'on pouvait parier 2 fois par semaine au tiercé. Et un peu plus tard grande révolution,le tiercé est passe d'un seul coup a 5 Francs.
(1 euro = 6.5596 Franc )


pince-PMU

Les tickets de cette période comportaient 32 trous (32 ch. partants).Un petit rappel : les gérants des PMU étaient déjà contre cette invention. Il fallait donner un coup de balais tous les quart d'heure. Ils y en avaient partout.. Un nom qui a marqué aussi cette époque Mr. L. ZITRONE.

Affiche-Premier -tiercé-pin up-girl

Du coté PMU pour triller les paris gagnants des perdants, il me semble que l'on utilisait une sorte "d'aiguille à trier" qui permettait de faire tomber les récépissé perdants et de ne conserver que les gagnants.Quelle boulot !
J'avais oublie que les tickets était payants .Il me semble que c’était 0.20cts le carnet.

 
Ancien-tiket-de-tiercé-utilisé-par-monsieur-x
Anciens tickets de tiercé avec sa pince.

Depuis 1989 et le lancement du quinté, le tiercé a perdu de sa superbe, d'autant qu'il est désormais proposé quotidiennement, ce qui lui a fait perdre son côté évènementiel.... 


On parle encore aujourd'hui de MONSIEUR X 

Dans l'actualité .

(13 janv. 2017)

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, a fait campagne dans les Hauts-de-France pour défier Marine Le Pen. Il en a profité pour répondre à Arnaud Montebourg qui a parlé d'un certain monsieur « X » lors du débat télévisé des candidats à la primaire de la gauche, et de tacler François Fillon.Retrouvez l'info en temps réel avec Le Parisien :

Jacky Imbert

Jacques Imbert, né le 30 décembre 1929, dit Jacky le Mat, le Matou, le Pacha ou l'Immortel, est considéré comme un des derniers parrains historiques de Marseille.
Un film inspiré de sa vie, réalisé par Richard Berry, est sorti en France, L'Immortel.

 

L'Immortel (2010) 

Un film de Richard Berry Avec Jean Reno, Kad Merad, Jean-Pierre Darroussin Charly Matteï a tourné la page de son passé de hors la loi. Depuis trois ans, il mène une vie paisible et se consacre à sa femme et ses deux enfants.Pourtant, un matin d'hiver, il est laissé pour mort dans le parking du vieux port à Marseille avec 22 balles dans le corps.Contre toute attente, il ne va pas mourir... Cette histoire est inspirée de faits réels, mais où tout est inventé, au coeur du Milieu marseillais.